Les bonnes pratiques pour protéger le lac Mandeville
Les spécialistes de la protection des lacs et des cours d'eau s'accordent à dire que le phosphore est le premier facteur de développement des fleurs d'eau de cyanobactéries.

Comment peut-on réduire le déversement de phosphore dans le lac ?
La charte écologique des résidents du lac Mandeville propose certains moyens simples et peu coûteux : révégétalisation des bandes riveraines résidentielles et agricoles, utilisation de détergents sans phosphate, entretien des fosses septiques, protection des milieux humides...
Ces bonnes pratiques, adoptables par tous, ne suffiront pas.

L'épandage de milliers de mètres cubes de lisier de porcs chaque année  sur les terres peu perméables autour du lac doit cesser !
Reconversion des terres,  aménagement des fossés et ruisseaux agricoles pour limiter les apports de phosphore résiduels des sols surchargés,... Les mesures préconisées par le MAPAQ au chapitre de la réduction de la pollution diffuse du Programme Prime-Vert vont dans ce sens.


Pour protéger le lac Mandeville, charte écologique.



Bonnes pratiques résidentielles
Revégétaliser les bandes riveraines
Dans la zone des 10 premiers mètres à partir du lac
  • laisser la végétation naturelle pousser, ne pas tondre,
  • ne pas remplir, ne pas remblayer, ne pas bétonner
  • ne pas entretenir une largeur de plus de 5 mètres pour l'accès au lac
  • planter des arbustes et de plantes aquatiques qui favorisent la revégétalisation de la bande riveraine et l'embellissent
  • appliquer, sans exception, le règlement municipal sur les bandes riveraines

Réduire l'utilisation des phosphates
  • utiliser de détergents sans phosphate
  • ne pas épandre d'engrais dans la zone des 10 premiers mètres à partir du lac et limiter les épandages d'engrais sur le reste du terrain

Contrôler la conformité des fosses septiques

Recommandations de navigation sur le lac
  • Encourager l’utilisation de moteur électrique ou à quatre temps.  Une embarcation propulsée par un moteur à deux temps rejette 25% à 33% de l’essence et d’huile qu’elle consomme.  Il est évident que ces composantes d’hydrocarbures s’attaquent à toutes les formes de vie aquatique.

  • Limiter la vitesse à 10 km/h dans les premiers 30 mètres (90 pieds) de la rive

  • Respecter une bande de 50 mètres (150 pieds) pour permettre la pratique sécuritaire d’activités nautiques douces telles la pèche, le canotage, le kayak, la voile, le ponton, etc.

  • Limiter la vitesse à 10 km/h dans les endroits dont la profondeur est de 4 mètres (12 pieds) et moins

  • Circuler à une vitesse maximum de 40 km/h dans les zones de plus 4 mètres (12 pieds) de profondeur tout en respectant la distance de la rive





Bonnes pratiques agricoles
Renoncer à faire pertes et profits aux dépens de l'environnement
  • contrôler l'impact de l'activité agricole sur la qualité de l'eau (document du GRIL)
  • exiger des certificats d'autorisation et des plans agro-environnementaux conformes à la capacité de support des écosystèmes aquatiques
  • inclure les coûts environnementaux de l'activité agricole dans le calcul de la rentabilité de l'exploitation
  • soutenir l'agriculture durable




Réglementation
Règlements, lois, politiques,... la protection de l'eau ne manque pas de balises.

Naviguer sur le lac
Quelques recommandations
- Encourager l’utilisation de moteurs électriques
- Limiter la vitesse à 10 km/h dans les premiers 30 mètres de la rive dans les zones où la profondeur du lac n'excède pas 4 mètres,
et à 40 km/h partout ailleurs...


Action citoyenne
Une occasion unique à saisir au lac Mandeville !
Vous pouvez utiliser ce site pour manifester votre volonté d'obtenir des autorités concernées l'interdiction des épandages massifs autour du lac Mandeville.
Votre voix fera la différence
Exprimez-vous




©2008 Comité des citoyens du lac Mandeville. Tous droits réservés.
Webéditrice: Guylène de Mascureau, infoVives.